L’écoute affecte notre santé psychologique au travail !

Marie-Josée Michaud

Marie-Josée Michaud

Auteure, consultante en matière de santé psychologique au travail, en leadership et en mobilisation des ressources humaines.

J'explique dans cet article pourquoi l'écoute, cet acte qui semble évident, peut avoir un impact aussi considérable sur notre bien-être.

L’écoute est un élément crucial au maintien de la santé mentale des individus. Certains d’entre vous serez surpris de cette affirmation, pour ceux qui travaillent dans le domaine de la santé-mentale ou de la pair-aidance, ils diront que c’est effectivement un des éléments clés qu’ils ont dû développer afin d’accompagner efficacement leurs patients ou pairs.

Qu’en est-il de l’écoute dans les milieux de travail ? Pourquoi est-ce que j’affirme que cette action, que l’on considère à la limite comme étant une évidence ou même un acte banal, peut avoir un impact aussi considérable sur notre bien-être ? Parce que se sentir entendu et compris est la preuve que l’on existe aux yeux de quelqu’un d’autre et que ce droit d’exister est crucial à notre survie. Je ne vous apprends rien en vous disant que l’être humain est grégaire et que la plupart d’entre nous avons besoin de ressentir un sentiment d’appartenance ou de légitimité pour nous épanouir.

Dans notre besoin humain et normal de créer des points communs sur lesquels seront fondés des amitiés et des alliances, lorsque nous rencontrons de nouvelles personnes, notre réflexe est de rapidement trouver des affinités afin d’être rassurés et confortés que nous sommes au bon endroit. Nous chercherons à former ou à faire partie d’une famille, d’un clan ou d’une organisation qui partagera le même rêve d’accomplissement et dans lequel nous pourrons remplir les rôles qui contribuent à notre bonheur.

Je peux vous assurer que durant cette période probatoire, nous mettons nos oreilles à contribution et nous écoutons attentivement afin de trouver ces fameuses similitudes ou divergences. Nos sens sont aiguisés, à l’affût de décoder le langage non verbal, le mot ou l’intonation qui nous indiquera que nous sommes en bonne voie de créer ou non cette alliance ou cette amitié qui nous semble être, sur le moment, essentielle ou non à notre projet ou à notre bien-être.

Qu’arrive-t-il si nous avons l’impression que nous écoutons mais qu’il ne semble pas que les autres nous rendent la pareille ?

Bien sûr, au cours de conversations avec un tiers, on peut découvrir rapidement l’absence d’affinités et choisir l’indifférence parce que le jeu n’en vaut pas la chandelle et se jugeant incompris, on rejette simplement la personne d’un : « Ah, celle-là, je n’ai plus envie de lui parler, elle ne comprend rien à ma réalité ! » On passe rapidement à autre chose, le petit sentiment d’irritation est vite maîtrisé et on oublie rapidement l’événement. Disons maintenant que ce même scénario survient mais que la personne qui n’écoute pas est quelqu’un qui nous touche de très près dans notre milieu de travail et de qui dépend l’acceptation d’un projet ou une prochaine promotion ou simplement, de ce besoin d’appartenance dans l’organisation ?

C’est là que l’écoute prend toute sa dimension dans le maintien de notre santé psychologique au travail. Mais est-ce que ça veut dire que nous devons prendre la responsabilité de toujours écouter tout le monde et en tout temps afin de contribuer ? Non, en fait il revient de la responsabilité de chacun d’entre nous de valider le besoin réel que se cache derrière l’impératif d’être entendu, afin de cibler la bonne action à mettre en place.

Il revient de la responsabilité de chacun d’entre nous de valider le besoin réel qui se cache derrière l’impératif d’être entendu, afin de cibler la bonne action à mettre en place ! MJ Michaud

Autrement dit, est-ce que j’ai besoin d’être écouté afin de passer mon projet avant celui de tous les autres parce que je veux réussir et être meilleur ou est-ce que je veux être écouté par ce que je veux m’assurer que ce projet profitera à tous dans l’organisation ?

Si le premier scénario est celui qui vous anime, celui d’être meilleur ou de passer avant les autres peu importe la conséquence pour eux, probablement que vos interlocuteurs capteront inconsciemment ou consciemment votre intention. Votre projet deviendra alors un danger potentiel à leur propre valeur dans l’organisation; ils ne vous écouteront que pour cerner ce danger afin de le dévoiler ou le contrecarrer ! Si vous êtes plutôt animés par le besoin réel que votre projet profite à tous, votre langage verbal et corporel le reflètera et vous recevrez fort probablement une attention positive.

N’oubliez pas qu’un être qui se sent en danger n’est plus en mesure d’écouter avec attention et de raisonner aussi clairement. C’est pourquoi parfois, peu importe ce que vous direz, la personne en face de vous semble ne rien entendre et elle risque même de déformer vos propos complètement; ce qui vous donne l’impression qu’elle n’écoute pas !

Un être qui se sent en danger n’est plus en mesure d’écouter avec attention et de raisonner aussi clairement.  MJ Michaud

Pourtant, elle écoute mais avec un angle bien précis, celui de prouver qu’elle a raison de se méfier de vous. Est-ce sa responsabilité de mieux vous écouter ou est-ce la vôtre de prendre le temps de comprendre ses craintes et de lui donner le temps de reprendre sa capacité à utiliser son cerveau sémantique afin de bien saisir la portée de vos propos ?

Vous pensez sûrement à cette personne qui peu importe ce que vous faites ou dites, elle ne veut rien savoir ! 

Oui, il y aura toujours ce type de situation dans votre vie. Vous pourriez essayer encore une fois d’interagir auprès de cette personne en ayant à l’esprit les prises de conscience fraîchement réalisées ou remises en lumière à la lecture de cet article. Si, malgré ce nouvel essai, vous n’obtenez pas le résultat escompté, vous pourriez alors simplement redéfinir l’importance de cette personne dans votre vie ! Ceci est en soi un exercice significatif en lien avec notre besoin d’appartenance à tout prix.

Il y aussi ces individus dans l’entreprise qui pensent que de par leurs positions, tout ce qu’ils ont comme propos vaut son pesant d’or. Que faire devant cet exécutif qui croit qu’il vient d’élaborer la stratégie la plus sensée et évidente au monde alors que vous y noter de graves incohérences et que vous percevez que la seule personne qu’il semble vouloir écouter est lui-même ? Faite encore ici une petite introspection. Est-ce que mon objectif est de lui montrer que je suis plus cohérent et intelligent que lui/elle ou est-ce que mon objectif est de lui montrer que je cherche vraiment à comprendre afin de pouvoir valider le bien-fondé et surtout la faisabilité de cette stratégie ? Peut-être que cet individu a lui-même souffert de la non-écoute de d’autres personnes qui pour lui, était essentielles à son sentiment d’appartenance ou d’existence et qu’il tente, inconsciemment dans le moment présent, d’y pallier à travers un comportement dictatorial ou narcissique.

Je suis certaine que vous commencez maintenant à bien saisir l’importance de l’écoute dans le maintien de la santé mentale. Pour maintenir celle-ci, nous avons besoin de nous sentir compris, normalisés et approuvés. Mais il n’est pas seulement de la responsabilité de l’autre de remplir ce besoin. Notre propre attitude découlant de nos jugements et nos propres objectifs pourraient influencer grandement la capacité d’écoute de l’autre.

Je termine en vous rappelant également un fait très important. Méfiez-vous de ce besoin d’appartenance à un rôle dans lequel votre bonheur avec un grand B semble dépendre; cette croyance risque de vous faire dire oui à quelque chose qui requérait un non afin de préserver votre santé psychologique. Combien de fois avez-vous regretté, dans le dernier mois, d’avoir dit, « Ok, je vais le faire » alors que vos trippes vous disaient de refuser ? Lorsque cette sensation est ressentie, c’est le signe physique que vous êtes en conflit interne et cet état risque, à la longue, d’avoir des répercussions néfastes si vous n’y prenez garde !

Notre bonheur est trop souvent tributaire d’une intégration réussie. En d’autres mots, nous nous efforcerons de faire partie de ce clan ou de cette organisation et nous jugerons avoir réussi ou échoué selon la reconnaissance ou non de nos pairs. Cette affiliation, nous la mesurons souvent en fonction de l’écoute que nous recevons et lorsque nous ne la percevons pas, nous risquons de nous isoler pour ruminer notre colère, notre sentiment d’injustice et notre peur de ne pas être assez. C’est d’ailleurs un signe qu’il faut surveiller. Si nous avons constamment l’impression d’être incompris et jugés, peu importe notre interlocuteur ou l’événement durant lequel la conversation a lieu, cela pourrait être le signe d’un problème.

Seriez-vous par hasard incapable de vous écouter vous-même, d’écouter ou de voir ces signes ?

Si c’est le cas, ne jugez pas trop celui qui semble incapable de le faire pour vous. Apprenez à vous écouter, votre corps vous parle de vos besoins inconscients et fondamentaux, réels, que vous tentez peut-être de mettre de côté afin d’être ce que les autres attendent de vous. Avec la pratique, vous saurez dire non quand ce sera nécessaire, en comprenant que votre vie n’est pas que de plaire à l’autre, mais bien d’être éthique pour tous; ce qui veut dire que vos actions seront bénéfiques pour vous ET pour les autres. Vous deviendrez alors celui ou celle que l’on écoute attentivement, car avec le temps, vous aurez démontré que vos paroles valent leur pesant d’or, celui de tenter de préserver l’intégrité de tous !

Share this post

Share on facebook
Share on google
Share on linkedin
Share on print
Share on email

2 réflexions au sujet de “L’écoute affecte notre santé psychologique au travail !”

    1. Merci beaucoup Caroline d’avoir pris le temps de lire l’article et ça me comble de joie de savoir qu’il t’aide !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *